Quel vin rouge avec les sushis ?

19 janvier 2015 at 22 h 25 min

Bandeau-sushi-final

Combien de fois m’a-t-on posé la fatidique question « quel vin doit-on boire avec des sushis ? ». Il faut avouer que c’est là une question fort ardue même pour un œnophile averti. Les sushis, makis et autres sashimis, d’autant plus qu’accompagnés de sauce soja (très salée) voire de wasabi (très pimenté) sont des mets difficiles à associer aux vins.  Pour rajouter de la complexité à ce scénario je vous propose d’aborder l’accord vin-sushis avec un angle plutôt osé : quel vin rouge avec les sushis ?

Quel vin rouge avec les sushis de thon ?

vin rouge avec sushis au thon

Quel vin rouge choisir avec ces sushis au thon ? – CC Attr Jeremy Keith

Le thon possède une chair ferme et goûteuse dont la couleur et la texture pourraient évoqué une viande de bœuf taillée dans une partie tendre telle le filet. Pour un accord original avec ce véritable « steak tartare » (ne mange-t-on pas du steak de thon ?) je propose d’aller en Loire chercher un bel Anjou rouge sur le cépage cabernet franc. Récolté à maturité sans être trop extrait, le cabernet franc révèle des arômes de fruits rouge complété par des notes végétales qui rappelleront aux expert l’expression du shizo, cette plante aromatique que les japonais associent aux sashimi. On s’orientera vers l’appellation Anjou rouge plutôt que les grandes appellations de Loire (telles que Chinon, Bourgueil, Saumur-Champigny) car on recherche des tanins fins et veloutés, pas des vins rouges corsés !

Top 5 des vins les plus rares de France

20 octobre 2014 at 14 h 31 min

C’est en Bourgogne que l’on trouve les vins les plus rares de France …

Des appellations si minuscules … et si demandées !

Le monde des AOC (Appellations d’Origine Contrôlées) est décidément plein de surprises. D’immenses AOC comme « Bordeaux » (environ 50 000 hectares) cohabitent avec des AOC de la taille d’un terrain de football.

Et plus l’appellation est petite, moins il y a de vin sur le marché. Là encore c’est la Bourgogne et ses « climats » qui se distingue. Les moines et les vignerons ont poussé le détail à l’extrême et les AOC y sont souvent considérées comme de grands ensembles dans lesquels s’imbriquent les terroirs reconnus, les fameux climats (on écrira un papier sur les climats bourguignons bientôt, c’est important).

1/ La Romanée – Côte de Nuits, Bourgogne – 0,85 hectares (le vin le plus rare)

comte-liger-belair-la-romanee-vin-plus-rare

 

C’est la plus petite AOC de France et sans doute l’un des Grands Crus les plus prestigieux de Bourgogne.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas la Romanée-Conti le plus petit Grand Cru de Bourgogne mais bien La Romanée !

Ce « Climat » de la taille d’un terrain de football appartient en monopole au Domaine du comte Liger-Belair. 4000 bouteilles par an, c’est le plus rare des vins les plus rares de France, battez-vous !

 

 

2/ Criots-Bâtard-Montrachet - Côte de Beaune, Bourgogne – 1,57 hectares

Terroir Criots Batard Montrachet Bourgogne vin plus rare

C’est la plus petite AOC de vins blancs de France, nous sommes toujours en Bourgogne mais ici en Côte de Beaune.

Criots-Bâtard-Montrachet fait partie de l’ensemble que constitue les terroirs des Grands Crus de blancs de la Côte de Beaune. A côté des Grands Crus Bâtard-Montrachet, Le Montrachet, Bienvenue-Bâtard-Montrachet, Chevalier-Montrachet et Montrachet, Criots-Bâtard-Montrachet fait partie des vins blancs les plus rares et les plus prestigieux de France et du monde.

Dans ce « petit coin » de la Côte de Beaune, entre Puligny- et Chassagne-Montrachet on produit les plus beaux Chardonnay du monde et parmi les plus beaux vins blanc du monde.

Rassurez-vous, même si les Grands Crus sont très chers et souvent difficilement trouvables, il reste des Premiers Crus et des Villages de Puligny ou de Chassagne qui restent accessibles et qui permettent de s’initier à ces grands terroirs.

Enfin une vraie vendange en 2014 !

3 août 2014 at 13 h 38 min

Après deux années historiquement basses en termes de volume de récolte (voire mauvaises dans certaines régions comme la Bourgogne), les viticulteurs français devraient être mieux lotis en 2014.

« Selon les premières prévisions établies au 21 juillet par le SSP (Service de la Statistique et de la Prospective d’Agreste) , la récolte viticole 2014 s’élèverait à 46,4 millions d’hectolitres, soit un niveau supérieur de 10 % aux récoltes très faibles de 2012 et 2013 et supérieur de 2 % à la moyenne des 5 dernières années. Pour mémoire, le niveau historiquement faible des récoltes 2012 et 2013 avait été la conséquence de conditions climatiques défavorables, notamment au moment de la floraison » peut-on lire dans la note de l’Agreste.

Grappe en veraison - CC Attr JL Zimmermann

La véraison (les baies prennent leur couleur définitive) – CC Attr JL Zimmermann