Sabrer le Champagne – Histoire et vidéos

19 septembre 2014 at 15 h 19 min

Sabrer le Champagne, une tradition remontant à Napoléon

Le sabrage du Champagne est une technique qui tire son origine du Premier Empire (1804-1815). A l’époque, après chaque victoire militaire, les hussards, cavaliers légers de l’armée napoléonienne, ouvraient les bouteilles de Champagne « à la hussarde ». Pour rendre hommage à la victoire et aux femmes, ils ouvraient le Champagne d’un geste magistral en faisant sauter le goulot de la bouteille avec leur sabre, d’où l’expression « sabrer le Champagne ». A l’occasion d’une de ces fêtes, Napoléon aurait même déclaré : « Dans la victoire, vous méritez du Champagne, dans la défaite, vous en avez besoin ». 

Sabrer, un geste simple

Malgré ce que l’on pourrait croire, le sabrage d’une bouteille de Champagne est relativement simple à effectuer. En effet, la pression comprise dans une bouteille de Champagne est deux à trois fois plus élevée que la pression d’un pneu de voiture. Le simple fait de frapper légèrement le goulot de la bouteille suffit à libérer la pression de la bouteille, faisant partir le goulot et le bouchon du même coup. 

Pour sabrer la bouteille, celle-ci doit être maintenue à la base avec une main, le bouchon le plus loin du corps, dirigé vers un espace libre où personne ne pourrait être touché. De l’autre main, une fois le muselet (la cage métallique qui retient le bouchon) retiré, on frappe avec la lame du sabre (ou de tout autre substitut) le long du goulot de la bouteille, sous la partie inférieure du goulot. Le choc, avec la pression interne, provoque une cassure nette du verre qui expulse le goulot de la bouteille avec le bouchon toujours bloqué.

Malgré le fait que la technique soit simple, il n’en demeure pas moins quelques subtilités. Un coup trop rapide créerait une cassure moins nette, libérant une partie du précieux liquide. Il arrive également que la bouteille ait quelques défauts, provoquant là aussi une cassure mois nette.

Sabrer sans sabre ? Rien de plus simple

A l’origine réservé au Champagne, le procédé peut en principe s’appliquer à tout vin effervescent. Bien évidemment, chacun ne disposant pas d’un sabre à portée de main, celui-ci peut être remplacé par un simple couteau de cuisine ou, plus original, une flûte.